Forum RPG sur les vampires
 

Partagez | 
 

 Promenade que voilà... (Miss De Parangon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chasseur de Vampire
avatar




Messages : 20
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
Relations avec d'autres joueurs:

MessageSujet: Promenade que voilà... (Miss De Parangon)   Mar 18 Oct - 23:38

La nuit s’était levée, balayant de son manteau d’obscurité la journée, bête infâme dévoreuse de lumière. Les nuages étaient bas, menaçants, ils s’amoncelaient tranquillement. L’organe ne tarderait pas à éclater. Tout autour de lui, les arbres se dressaient pour lui faire barrages, ces pantins ridicules, esclaves du vent, se mouvaient sur son passage, frémissant sous le poids de son cheminement. Et c’est ainsi que l’orgueilleux s’avançait au fur et à mesure sur sa monture, à la seule lumière de sa torche, s’engouffrant au pas sous l’ombrage des branches dégarnies. Une brume dense et opaque était répandue aux pieds des arbres qui jalonnaient les chemins dégagés alors que les bruits de la nuit entraient en action, chouettes hurleuses, loups voraces, croassements, et autres chansons se faisaient entendre pour le plus grand bonheur de tous S’enfonçant au plus profond de ce bosquet, au détour des humbles vieillards, solides chênes aux barbes broussailles, respectueux conifères ou malheureux saules, le silence se fit. Nul bruit ne venait troubler la quiétude de cette chevauchée. Brave compagnon que voilà ! Un cheval de bas étage qu’on avait daigné lui prêter au village en échange de sa promesse de retrouver les quelques disparus des semaines précédentes. Il lui fallut de bonnes minutes avant que ce téméraire inspecteur ne se rende compte de ce signal.
Idée idiote que j’ai eue ! Quel sot… !
L’angoisse montait un peu plus quand un bruit se fit entendre et qu’il entrevit une silhouette !
Son sang n’avait fait qu’un tour, en un instant, sa respiration s’était bloquée et ses yeux noirs et vifs étaient restés fixés sur la dite apparition fugace. Ces déambulations dans les nuages ne durèrent pas longtemps. Il se rapprochait du bruit. Et dans un mouvement peu assuré et assez gauche, il mit la main à son pistolet à percussion le brandissant dans le noir, essayant d’éclairer les parages de sa main libre.

« Qui…QUI va là ?! Montrez- vous ! Je.. Je suis armé, si… »

Un court instant, Duncan crût en un fondement possible de toutes ces légendes ridicules.


Dernière édition par Duncan Sword le Ven 21 Oct - 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bien Né
avatar




Messages : 101
Date d'inscription : 03/09/2011

Feuille de personnage
Relations avec d'autres joueurs:

MessageSujet: Re: Promenade que voilà... (Miss De Parangon)   Mer 19 Oct - 15:53

Quel jeune imprudent. Seul un étranger pouvait se laisser aller à se promener seul dans ces bois on ne peut plus dangereux pour le corps ainsi que pour l'esprit. Peu de guides, même avisés s'aventuraient même dans ces sombres bois. Tous savaient que de toutes les créatures qui y habitaient, très peu militaient pour la survie des espèces humaines. Ce qui était d'ailleurs très amusant à bien y répenser, était que les espèces humanoïdes oeuvraient ensemble, les unes contre les autres pour la destruction de l'espèce humaine. Il y avait donc les prédateurs, féroces, aux crocs acérés et aux intentions on ne peut moins ambigües, et notre douce Clarimonde qui aimait le calme relatif que lui apportait l'obscurité verdoyante du lieu. Les bois font un excellent écrin pour la mélancolie. Combien de romantiques n'allèrent point s'échouer en ces vertes contrées pour se laisser aller en toute pudeur à leur mélancolie grandissante. Cette marée intérieure qui nous fait perdre toute mesure d'un regard convoité.

Habituée à l'obscurité, il y a bien longtemps qu'elle avait décidé de se promener sans source lumineuse. C'était bien moins lourd à porter et bien moins voyant. Qu'ils étaient sots de signaler ainsi leur présence à tous leurs ennemis-et dieu sait qu'ils en avaient en ces sombres contrées. D'ailleurs, en parlant de lumière, quelle était celle qui dansait au loin ue bien étrange farandole? C'était d'ailleurs bien trop proche. Un enfant qui aura voulu se faire peur? De toute façon, elle n'aimait pas être éblouie. Elle haussa les épaules, elle n'était point un agneau de Dieu, sa survie lui importait peu. Elle commençait déjà à s'éloigner d'ailleurs, pourquoi donc se permettait-on de troubler son repos et de faire taire les cris de son âme. Seulement, une odeur fort agréable vint faire changer son opinion. Qu'est ce que c'était? Une odeur légèrement sucrée, quelque chose d'attirant, de doux et d'agréable. La peur..Oui, il était mort de peur, et voila qui changeait bien des choses. Elle fit demi-tour et entreprit de voir qui avait décidé d'écourter ses jours de la manière la moins romanesque du monde.

Elle s'était rapprochée un peu plus que lorsqu'elle avait découvert son existence, elle avait cependant jugé prudent de prendre un angle différent de vue sur la situation, on ne sait quel ecclésiastique pouvait s'être perdu dans une forêt qu'il pensait bien connaître. Cachée derrière un arbre, elle le vit finalement. Elle était arrivée derrière lui, il avait un cheval. Surement étais-ce la peur du cheval qu'elle avait senti. A cette première odeur sucrée, vint s'ajouter celle plus acidulée de la peur humaine. Fermant les yeux pour frémir un instant elle finit par sourire. Elle ne fut jamais contre un peu de distraction, et ces cheveux sombres renvoyaient la lumière de la lune d'une bien singulière manière. Voilà, il était maintenant transi de peur. Elle jugea qu'il était bon de le laisser craindre pour sa vie quelques secondes de plus avant de se montrer.

Une minute, deux minutes, trois minutes. Voila qui était assez. Cet imprudent s'était fourvoyé assez longtemps. Il se dirigeait avec une assurance en laquelle on aurait bien eu du mal à croire vers le point où elle se tenait approximativement tout à l'heure. Elle eut du mal à ne pas rire, ce n'était qu'un humain à cheval, perdu dans l'obscurité. La voie était libre, ses émotions le livraient sur un plateau d'argent et il n'y avait pas un chasseur pour lui vouloir du mal. A moins que ce soit un piège habile. Elle qui avait commencé à sortir de sa cachette y revint aussitôt. Réfléchir, et vite. Oh et puis, que risquait-elle. La lune, sa mère la protègerait.

Finalement, c'est de derrière l'inconnu qu'elle apparut. Dans sa robe sombre, encapuchonnée, elle regardait le sol. Mains sur les coudes, elle semblait se protéger d'une menace invisible dont seule l'évocation aurait suffi à la faire chanceler. C'est d'une voix très douce et très légère qu'elle lança sa première réplique. Le premier acte était désormais commencé. Le choeur avait fini de chanter, place aux acteurs.


-Me voila, Monsieur. Je me rends. Mais par pitié, rangez cette arme où abattez moi sur le champ, je ne pourrai souffrir plus longtemps l'effroi que cet objet de métal m'inspire.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseur de Vampire
avatar




Messages : 20
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
Relations avec d'autres joueurs:

MessageSujet: Re: Promenade que voilà... (Miss De Parangon)   Mer 19 Oct - 22:46

Battement de cils, papillonnements de paupière, les prunelles de la vénéneuse s’occultèrent sous leurs voiles lui conférant des airs de madone. Pareille figure n’était-elle pas touchée par la plus grande des grâces ? Le masque offert par cette pécheresse infâme mais délicieuse brisa la glace de sa personne et il accourut pour lui servir de soutient. L’arme fut abaissée avec une étonnante facilité ! Piège infâme que voilà ! Il est difficile de croire que les mains s’attachent si facilement ! Chevalier servant émérite, la frêle apparition l’avait rassuré. Encore un court instant auparavant, bouche bée devant cette apparition, l’arme tremblante, voilà que le courage du téméraire s’en était trouvé renforcer !

« Madame ! Allez vous bien ?!... Je…J’ai été stupide, je m’en excuse, vous m’en voyez confus. »

Ses mains s’étaient jointes aux siennes, ses yeux noirs, prisons de lumière, cherchèrent à s’enquérir de son bien-être alors que sa voix se faisait plus douce de sorte à apaiser cette étrange dryade.
« Avec ces disparitions, il ne fait guère bon de rôder dans les bois. Que faites vous par ici, madame ? »
Leurs doigts se détachèrent, à contrecœur pour sa part. Un léger hâle avait pris possession de ses adorables joues alors qu’il s’imposait une distance avec l’adorable.

« Duncan Sword, pour vous servir, ne vous inquiétez pas ! Non, je.. je suis inspecteur, j’enquête en partie sur les récentes disparitions. Quelqu’un…est-il arrivé malheur à l’un de vos proches, madame ? »

Oh délicieuse jeune femme que voilà, n’est-il pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bien Né
avatar




Messages : 101
Date d'inscription : 03/09/2011

Feuille de personnage
Relations avec d'autres joueurs:

MessageSujet: Re: Promenade que voilà... (Miss De Parangon)   Jeu 20 Oct - 0:01

Fi de la mélancolie. Le meilleur moyen d'aimer la solitude est certainement de l'aimer, mais on fait rarement meilleur remède contre l'humeur noire que l'action. La demoiselle avait préféré l'expérience au bête apitoiement sur son sort qui au final était peut être un peu enviable au fond. Pour le moment il n'était qu'un homme de dos avec une arme qui pouvait être dangereuse si elle était chargée. Il ne semblait pas bien menaçant, trop frèle et il tremblait bien trop pour être honnête. Ce qui la confortait dans cette hypothèse? L'odeur persistait, délicieuse. Profitant d'être masquée par ses cheveux voletant légèrement, elle se permit de fermer les yeux pour savourer une fois de plus ces délicates effluves. Comment allait il réagir? Devrait elle montrer les crocs pour défendre son morceau? L'avenir le dirait, et très bientôt.

Enfin, il se retourna. Du coin de l'oeil elle put lui reconnaître un charme certain. Il était évident qu'il avait du faire tourner bien des coeurs, sans même s'en rendre compte. Elle se laissa un instant contempler, joignant le plaisir de la vue à celui de l'odorat. Elle plissa légèrement les yeux, prête à toute éventualité. Elle n'aurait de toute évidence pas à se défendre bien longtemps, l'inconnu qui était il y a quelques minutes encore était désormais bien pressant. Surement décidé à montrer l'étendue de sa virilité, à peine eut elle regardé le sol de nouveau que déjà il était à ses côtés, férbrile et feignant cette pâle assurance de mâle. Si elle n'était pas en jeu, surement aurait elle souri de cette délicate et surtout bien maladroite attention. Sa voix resta toujours aussi douce et légère.

"Ne vous inquiétez pas, Monsieur, me savoir en présence d'un homme d'une telle stature me rassure à n'en point douter."

Alors seulement qu'il lui tenait les mains, elle releva les yeux vers lui, laissant son regard appuyer ses dires de la plus divine des façons. N'avait il pas remarqué à quel point ses mains étaient fraîches? Surement était il trop jeune ou trop peu averti. Jamais elle ne le saurait. Si elle restait aussi fine, c'était gagné. Finalement, il se recula légèrement, elle effectua une réverence avant de regarder de nouveau au sol. Malgré l'obscurité, elle pouvait d'ores et déjà constater qu'il n'était pas aux autres semblables.

"Clarimonde, Lord Sword. Oh, hélàs, personne n'est mort, mais..Par je ne sais quelle folie, j'ai voulu chasser loin de mon coeur le spectre de la solitude, bien trop lourd à porter. La forêt me sembla alors le plus doux des asiles, mais je fus bien vite perdue. Oh, j'ai eu si peur."

Et, appuyant ses dires, la demoiselle se jetta dans ses ras, se serrant contre lui avec une force ou une détermination peu commune. Succombe, jeune agneau. Le mensonge est trop gros, tu ne pourras pas en réchapper.

"Ne me laissez pas, je vous en prie"

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseur de Vampire
avatar




Messages : 20
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
Relations avec d'autres joueurs:

MessageSujet: Re: Promenade que voilà... (Miss De Parangon)   Ven 21 Oct - 23:25

« Que ?! »

Les mots s’étranglèrent dans sa gorge.Sa surprise redoubla, ses prunelles sombres s’ouvrirent en grand pour marquer leur étonnement alors que ses lèvres s’écartèrent de stupeur. La poupée ne tarda pas à se trouver au creux de ses bras, nichée tout contre lui, au plus près de sa personne. Etreinte délicate mais empressée, manifestation d’une peur factice, les mains de Duncan se retrouvèrent dans son dos, imprimant l’empreinte de ses doigts sur le tissu de sa robe. Emmitouflé dans ce manteau de chair, elle était sa captive, sa poitrine ravissante répondant en écho au torse saillant de l’enquêteur. Parvint-il à s’approprier les détails de cet instant ? A saisir les enivrantes fragrances de son parfum ? La chaleur de son être ?
Son cœur battait à tout rompre, ses joues s’étaient embrasées alors que son souffle se faisait court, pouvait-elle sentir tout cela ? Sentait-elle le sang affluer avec tant de vigueur à travers ces veines si bleues qui s’offraient à sa vue ?
Le temps s’était suspendu, un court instant, le lord crût qu’il allait succomber, qu’il allait l’enserrer avec plus de tendresse, que ses mains vogueraient dans sa crinière et qu’il se permettrait de murmures seulement offerts pour l’être aimé ! Pourtant…Pourtant, il n’en fut rien, un souffle s’échappa de ses lèvres.

« Je…suis là, je ne vous abandonnerai pas, vous avez ma parole que je vous protégerai et vous ramènerai saine et sauve au village. Il ne vous arrivera rien … Clarimonde. »

Prénom avait-il si agréablement prononcé ? « Clarimonde… » C’était charmant indéniablement.
Et à regret, l’orgueilleux se détacha d’elle ou presque. Le malotru ne put se séparer de l’une des mains de la délicieuse créature et alors que leurs doigts s’entrenouaient doucement, il poursuivit.

« Vous devez être lasse, il vous faut monter à cheval… Je vais vous aider… »

Et, tirant de sa main libre sur les rênes de la bête, Duncan eut bien du mal à tranquilliser le canasson qui cherchait à s’échapper à sa poigne, la vieille bête ne tarda cependant pas à céder sous les assauts répétés du jeune homme.

« Arriverez-vous à monter seul ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bien Né
avatar




Messages : 101
Date d'inscription : 03/09/2011

Feuille de personnage
Relations avec d'autres joueurs:

MessageSujet: Re: Promenade que voilà... (Miss De Parangon)   Mar 25 Oct - 1:21


Il ne savait que répondre. Elle n'aurait été en train de performer, surement aurait-elle souri devant cet apparent signe de trouble. Elle ne s'en plaindrait pas, le moindre de ces signes était un point de plus de marqué dans cette course contre la vie. Mais la belle se devait de rester le plus possible dans ce rôle qu'elle aimait tant de pauvre vierge en détresse. S'il avait réfléchi un peu plus, surement se serait-il rendu compte que son alibi ne tenait pas vraiment la route. Toujours est-il, s'il n'était pas de son côté, jouer aussi fort sur l'émotion lui laissait de l'avance s'il en venait à se dire que tout ceci n'était pas si crédible que ça en avait l'air. La chaleur de son corps était agréable, même si l'odeur de peur avait disparu, surement se serait elle complue à y demeurer quelques instants de plus. Elle put sentir quelques doigts courir le long de son dos. Non qu'il fut trop pressant, mais ses sens étaient tellement affutés qu'elle eût presque pu déterminer de quels doigts il s'agissait, pour peu qu'elle fît preuve d'un peu plus de volonté. Mais nul nécessaire d'user ses talents pour le moment, elle pourrait en avoir besoin plus tard. Il aiderait volontiers la femme mais que ferait-il du vampire.

Ce cœur délicieux qui battait à tout rompre. Etait-il si sensible que ça ? Pouquoi ne l'avait elle senti plus tôt ? Ce détail aurait pu être utile et surement aurait-elle pu agir en commettant moins d'imprudences. Elle n'était pas femme à risquer une réputation pour un inconnu. Elle avait bien trop à perdre. Elle les aimait, ces fous qui lui avaient promis son cœur contre les récits de pays inexistants. Les hommes donnent volontiers leur vie pour qu'on leur en conte une autre. Quelques instants, elle se laissa aller à l'ivresse que seule peut provoquer cette chanson délicate accompagnant ce ballet délicat des gouttes d'hémoglobine qui s'activent dans un corps vivant et chaud. Yeux clos elle savoura ce léger frisson que tout cela lui provoquait à chaque fois. Mais cela ne dura pas bien longtemps hélàs. Elle en fut sortie à contrecoeur par ses paroles. Elle fit la moue un instant puis se reprit bien vite, feignant cette reconnaissance que seuls les martyrs peuvent éprouver. Elle les avaient vus tant de fois, ces hommes et ces femmes, sourire lorsqu'ils crurent que leur bourreau les épargnait.

« Puissiez vous dire vrai, Monseigneur. Je ne sais si je puis souffrir une déception de plus en cette douloureuse soirée. »

Un peu plus et une larme viendrait ceindre le charmant tableau. Mais point trop n'en faut. Innocent mais surement pas naîf à ce point. Toujours est il qu'il ne l'avait pas lâchée totalement jusqu'alors. Nouveau petit pas de franchi vers son objectif. Déjà rentrer ? L'aube semblait encore bien loin, cela serait faisable sans éveiller des soupçons. Elle aurait tout le temps de discuter durant le trajet. Seulement, la bête semblait nerveuse. Elle savait ce qui se trâmait, sans se douter que les jours de son maître n'étaient surement pas en danger..Du moins, tant que la faim ne se ferait pas trop pressante.

« Je...Ne suis jamais montée, Monseigneur..Je vous prierai par ailleurs de ne point aller trop vite, je suis de faible constitution..Je vous demande de me pardonner pour ce désagrément de plus...Je... »


Elle baissa la tête, serrant légèrement plus cette main alors que son visage était désormais un peu masqué par les quelques mèches de cheveux millénaires qu'elle entretenait soigneusement.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseur de Vampire
avatar




Messages : 20
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
Relations avec d'autres joueurs:

MessageSujet: Re: Promenade que voilà... (Miss De Parangon)   Jeu 27 Oct - 22:19

Oh la pression délicate et fine de cette menotte contre la sienne, oh ces adorables doigts s’entrelaçant aux siens comptant tant de promesses, oh la moue délicieuse que voilà ! N’était-elle pas baignée par la plus effroyable des grâces ? Il fallait être un monstre ou un fou pour ne pas souffrir devant tant de candeur ! Et comme un débutant, l’orgueilleux s’enfonçait un peu plus dans ce piège des plus grotesques ! Bredouillant quelques mots malhabiles et gauches pour la rassurer, Duncan souffla.

« Ne vous…ne vous en faites pas, tout ira bien. Vous avez ma parole. »

Un index ne tarda pas à atterrir sous le menton de l’effroyable traitresse pour confronter leurs regards et lui témoigner sa sincérité. Ses lèvres esquissèrent un sourire confiant alors que déjà débutait une entreprise plus hasardeuse !

« Prenez appui sur moi, mademoiselle Clarimonde, je vais vous hisser sur ce cheval. »

Le canasson qui servait de monture à ce fougueux inspecteur était des plus réticents face à l’approche de cet ange. Et ce n’est qu’à force de leurs efforts combinés que la bête se fit montée en poussant quelques hennissements plaintifs. Attouchements cocasses que voilà ! Mais déjà ces rougeurs disparaissaient et l’homme avait jugé plus sage de continuer à pied, tirant sur la bride du moyen de locomotion pour fendre la brume qui s’était nichée à même le sol.

« Cramponnez vous à la selle, je vais guider notre ami. Nous ne devrions guère être long à retrouver le village.»

A la vérité, le périple s’annonçait difficile. Ses yeux avaient beau s’être accoutumés à la pénombre, il avait eu beau chercher à mémoriser le chemin, rien ne laissait présager qu’ils s’engageaient sur la bonne route. Murmurant à voix basse, tout en brandissant la torche vers l’avant comme pour dissiper les ténèbres, cela ne faisait à la vérité que créer des monstres d’ombre.

« Après le deuxième arbre crochu, prendre à droite.. Etait-ce par là ?! Quel sot, je fais.. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bien Né
avatar




Messages : 101
Date d'inscription : 03/09/2011

Feuille de personnage
Relations avec d'autres joueurs:

MessageSujet: Re: Promenade que voilà... (Miss De Parangon)   Mer 2 Nov - 4:18

La belle avait vite compris que pour appâter l'homme il était bon de feindre l'innocence au point le plus extrème. Rien ne séduit plus un pêcheur qu'une délicieuse vierge offerte à son appétit. Une vierge innocente qui ne saurait déjouer les pièges que jamais elle ne vit. Voila ce qui plaisait aux hommes. Et en cela elle était heureuse de ne pas être de cette race qui prenait un h majuscule. Il ne faisait toujours pas cas de la fraîcheur de ses mains. Surement trop occupé à contempler cette tête baissée avec minutie. Tant mieux, elle serait sauve et divertie. Le pauvre était bien mal à l'aise. Ce ne serait que plus aisé encore. Comment donc avait il réussi à se maintenir en vie, il était si naïf..Un peu plus de réflexions et elle en viendrait presque à le prendre en affection. Mais il parla. Elle rouvrit les yeux.

« Cela causera peut être ma perte, mais je vous crois Monsieur. »

Il lui toucha le menton, elle releva la tête en suivant le léger mouvement vertical qu'il lui imprima et elle fit de son mieux pour rendre son sourire timide et mal-aisé. Le recoin des lèvres légèrement frémissant, comme ce sourire qu'on offre pour faire plaisir et non par contentement. Mais après tout, n'était-elle pas fragile et seule en ce bas monde ? Ne s'était elle égarée après s'être faite cruellement éconduire ? Si fait ! Cependant, qu'il ait eu le cran de lui toucher le visage la surprit. Surement étais-ce un élan désespéré de cet orgueil qui l'avait quitté dès qu'elle avait offert son premier sourire.


« Oh..Mer..Merci »


La monture, elle, n'était pas dupe. Et rien n'était assuré. Elle regarda la bête avec une froideur qui ne put qu'échapper à son cavalier puisque ses yeux étaient de nouveau masqués par ses cheveux. La bête poussa un hênissement de plus, Clarimonde feint la peur en portant sa main à son cœur tout en se reculant légèrement. Finalement, après avoir bataillé, elle se retrouva sur la bête. Cette fois çi pourtant, l'air peu assuré de la belle n'était pas feint. Non qu'elle craigne ce poney, mais elle ne supporterait pas de tomber au sol. Autant elle était très douce, autant, prise au dépourvu, elle pouvait devenir une furie. Elle le savait et s'en gardait le plus possible.

« Je m'y accroche comme à ma vie, Monsieur, mais j'ai peur. Il me semble, à mon grand damn que votre bête ne m'aime guère. »

Il marchait à côté d'elle. Légèrement devant. Et les ombres se rapprochaient plus encore. La demoiselle réfléchissait. Lui semblait bien trop hésitant pour savoir où il allait. Ainsi donc, le boirait-elle avant leur retour ? Lui indiquerait-elle un chemin hasardeux ? Proposerait-elle plutôt de s'arrêter et de se servir de la torche pour allumer un feu ? Elle n'en savait rien encore, mais c'était trop silencieux. Et ce cheval pouvait se révolter à tout instant. Ainsi donc, de sa voix légère, elle demanda en toute innocence

« Tout va bien Monsieur, vous semblez pâlir à vue d'oeil. J'en frémis moi même. »

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseur de Vampire
avatar




Messages : 20
Date d'inscription : 09/10/2011

Feuille de personnage
Relations avec d'autres joueurs:

MessageSujet: Re: Promenade que voilà... (Miss De Parangon)   Dim 6 Nov - 16:50

Souhaitait-elle le mettre d’autant plus mal à l’aise par cette remarque ? Devait-il pâlir davantage pour confirmer ses dires ? Paraître est décidément un art bien difficile. Insuffler du courage dans pareil lieu relevait d’un exploit ! Les pantins désarticulés en bois frayaient un passage au jeune couple, leurs branches difformes et biscornus tentaient au passage de retenir les inopportuns alors que leurs faces ridées et creusées par les âges leur souriaient. La brume s’était intensifiée et il aurait fallu être fou pour décréter qu’ils étaient sur la bonne route. Si sa remarque demeura sourde en premier lieu, le téméraire ne tarda pas à lui répondre. Devait-il se montrer rassurant ?

« La brume s’intensifie… Il est déjà tard. Je ne suis pas sûr que nous soyons sur la bonne route. Nous devrions faire une pause. »

Son ton se fit le plus aimable possible mais au fond de lui l’inquiétude grandissait. Cherchant à ne rien laisser transparaître, sa main s’était saisie de la sienne, du bout des doigts de la délicieuse avant de les retirer promptement.

« Ne vous en faites pas, je suis certain que vous ne tarderez guère à retrouver votre famille. »

Déjà, son regard s’était déporté vers les alentours noirs et denses comme si cette tirade avait été source de bien trop d’efforts. Mais soudain des points lumineux firent leur apparition. Des phares émergèrent dans la nuit. Leur lumière tout d’abord diffuse se fit plus aveuglante à mesure de leur approche, et, bientôt, trois hommes armés de torches ne tardèrent guère à se montrer. Le jeune Sword ne resta pas en reste, brandissant un pistolet en direction de l’un des trois. Pour ne pas trahir les tremblements de son bras, il fallut moult efforts.

« Oh..c’est vous ! »

Face à lui, physionomie typique de la région, visages graves et durs, les hommes prirent tout trois la parole.

« Vous…voilà enfin inspecteur Sword ! »

« Nous sommes partis à votre recherche après que vous ayez décrété que vous recherchiez les enfants disparus de la région… Si nous ne nous sommes pas portés volontaires pour vous accompagner… »

Des excuses bouillonnes suivirent. Le trio ne tarda pas à se proposer de les escorter jusqu’au village. Mais contre toute attente, l’un des sauveurs ne tarda pas à poser son attention sur la jeune femme, la pointant du doigt tel le rustre qu’il était, il ne tarda pas à la questionner.

« Qui…est-elle ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Promenade que voilà... (Miss De Parangon)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Promenade que voilà... (Miss De Parangon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Oh ! Les voilà ...
» miss petite bergere pot de colle ( evreux 27)
» Haïti Couronne une Nouvelle Miss
» Anastagia Pierre Américaine d’origine haïtienne couronnée Miss Florida USA 2009
» Miss Haïti prendra d'assault Miss Univers le 23 Août!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Transylvania's Monsters :: Aux alentours :: La Forêt-
Navigation Rapide
Partenaires ♥
Some Avatars

Bloody Heart

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit