Forum RPG sur les vampires
 

Partagez | 
 

 Il faut creuser encore et encore...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Villageois
avatar




Messages : 85
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 26

Feuille de personnage
Relations avec d'autres joueurs:

MessageSujet: Il faut creuser encore et encore...   Lun 10 Oct - 19:54

00h01. L’heure du crime. Ou des sorcières. Ou des gens mal intentionnés. Ou bourrés. A dire vrai il y en avait aussi, un peu. Depuis quelques jours les poivrots évitaient de sortir trop tard, ou bien ils restaient dans les tavernes en compagnie d’autre pochtrons, tous a moitié endormis. Laissant leurs femmes toutes seules dans leurs pitoyables chaumières à demi écroulées et bouffées par les rats. Charmant. Tout a fait charmant. Avec la ribambelle de gamin en prime. Et que ça grogne et que ça couine. Et qu’on a envie de leur mettre des torgnoles. Contrairement a ce qu’il avait tout d’abord cru il ne faisait pas si froid que ça. Un petit vent frais, sans plus. La nuit était claire, la lune bien ronde, les loups devaient être de sortie, en chasse si l’on peut dire. Dans les ruelles du village un drôle de duo avançait à pas de souris. Frankenstein tenait a jouer la carte de la discrétion. La dernière fois qu’il était sortit des remparts du château, la foule avait failli le lyncher sur place. Plus jamais ça.

Ou alors il faudrait courir plus vite. Il avait laissé tomber ses précieux cobayes au sol pour pouvoir s’enfuir. Il était en rupture de stock. Pauvre docteur. Pauvre de lui. Et avec ça ses expériences qui prenaient du retard. La faute a qui on se le demande bien. Ces derniers temps rien ne lui réussissait et cela le mettait de mauvaise humeur. Depuis que sa créature avait trouvé la vie, il n’était pas encore parvenu a reproduire ce miracle. Et les tentatives ratées donnaient lieu à de spectaculaires explosions qui laissaient le labo sans dessus dessous. Et Victor a moitié sourd pendant une semaine. Autrement dit il était vitale que sa sortie nocturne se solde par une réussite totale. Il avait pensé a prendre tout le matériel nécessaire. Ou plutôt il avait laissé Igor y penser. Avoir un assistant présentait, il faut le reconnaitre ces petits avantages. Ils tournèrent a droite, frôlant au passage un pauvre clochard a demi mort de froid.


-Il faudra revenir par ici quand nous rentreront. Notre ami sera peut être utile…bien que j’ai des doutes par rapport au foie.

Enfin le cimetière. Lieu de prédilection. A dire vrai le seul lieu ou Frankenstein se sentait a l’aise, omis son labo et ses appartement privés. Il poussa la grille en fer qui fit entendre sa plainte aigue avant de s’y engouffrer, non sans avoir jeter un regard au alentour. On ne sait jamais. Il s’aventura dans les profondeurs, là où il était tout a fait sur qu’aucune âme saine d’esprit n’oserait les déranger. Il déplia machinalement un vieux journal qui datait de quelques semaines. Tout en marmonnant dans sa barbe il levait parfois la tête, scrutant les environs, ses iris voletant sur le nom des tombes proches. Au bout de deux ou trois minutes il eut un petit cri de satisfaction. Son sourire crocodilien s’élargit davantage.

-Voili voila. Lady Rosemary. Morte il y a une semaine et demie. Parfait. Il ne précise pas de quoi cette brave femme à trépassé. Maudits gratte-papier. Comment voulez vous que je travaille dans de telles conditions ? Enfin. Nous verrons sur place. Au pire on gardera les bijoux pour les revendre, j’ai vu un brocanteur sur la grande rue, cela nous ferra quelques forints en plus pour le réveillon prochain.

Il attrapa une lanterne et s’empressa de l’allumer, la faible lueur balaya les silhouettes obscures et les fantômes imaginaires. Il posa la lampe sur une petite motte de terre avant de se pencher sur l’une des pierres tombales. Il épousseta vivement les inscriptions. C’était bien la bonne. Trouvée du premier coups, malheureusement pour sa propriétaire. Ni une ni deux la carcasse efflanquée du docteur se remit debout avec un craquement sec.

-Allons y Igor. Je n’aimerais pas trop trainer par ici. Prend la pioche et viens m’aider.

Il avait déjà sa pelle en main et commençait a retourner la terre, en prenant soin de ne pas trop se salir. Il était en blanc ce soir.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




Messages : 18
Date d'inscription : 06/10/2011

Feuille de personnage
Relations avec d'autres joueurs:

MessageSujet: Re: Il faut creuser encore et encore...   Mar 11 Oct - 21:48

Pendant le trajet jusqu'au cimetière, Igor avait fait beaucoup d'effort pour essayer de se faire aussi discret que possible. Le boitillement, la bosse et le reste de sa personne étaient de sacrés handicaps pour arriver à son objectif.
Discret et attentif étaient les deux mots d'ordre en vue de la situation. Peu de temps après le déménagement et la reprise de la routine au laboratoire, il fut évident que la foule locale n'avait pas l'esprit assez ouvert concernant les travaux de son maître. Les derniers voyages hors du château c'était donc, en toute logique, très mal passé.
Igor était inquiet. Par pour lui-même, bien évidemment mais pour celui qu'il s'évertuait à servir de son mieux. Il avait même proposé de faire le voyage seul, car ce n'était pas très grave si les villageois lui tombaient dessus. Tandis qu'il ne se serait jamais pardonné s'il arrivait la moindre chose négative au docteur Frankenstein.
La discussion avait coupé court, ou plutôt Igor avait arrêté sa proposition à demi-formulée à temps pour éviter la colère du scientifique. Il avait bien vu que son maître était énervé. Les travaux piétinaient et ils étaient en manque de matières premières. Aussi avait-il tout préparé en espérant que l'air froid nocturne et une joyeuse découverte dans le cimetière allait changer les idées ou au moins détendre le bon docteur.

Et là, arriver à destination, Igor se retrouvait plongé dans un dilemme d'ordre morale.
Beaucoup jugerait que d'aller à une heure impossible pour sortir des personnes fraîchement morte de leurs tombes avait de quoi titiller de nombreuses valeurs auprès de la plupart des gens.
Ce n'était bien sûr pas le cas d'Igor. Déjà parce que ce n'était pas la première fois qu'il accompagnait son maître dans ce genre d'excursion.
Ensuite parce que ce genre de considération morale lui passait au-dessus de la tête (littéralement). Le docteur Frankenstein voulait des cadavres, Igor préparait le matériel pour cela. Il ne fallait pas chercher plus loin.
Par contre, et là était la base de son dilemme intérieur, il n'était pas d'accord sur le fait qu'un homme aussi brillant que son maître aille se salir les mains en participant au déterrement du corps.
Le débat n'était pas nouveau. Il avait même compté dans les premières disputes entre le docteur et son assistant au tout début de leur collaboration. Avec le temps, Igor avait compris que le docteur aimait mais aussi avait besoin de mettre la main à la pâte pendant chaque étape de ces travaux.
Même après avoir assimilé cela, les réflexes de servitudes d'Igor ne pouvaient s'empêcher de sourciller à chaque fois qu'il voyait le docteur prendre sa pelle et commencé à creuser. Cela faisait partit des choses qu'il espérait voir changer à force de répéter ses arguments. Il savait comment cela finirait s'il entrait sur ce terrain, par une dispute. Ou en tout cas un débat. Bref, le genre de chose qui ralentirait l'opération.
Voilà pourquoi Igor hésitait, la situation ne se prêtait pas à la discussion. Il fallait au contraire se dépêcher et être à deux pour creuser était la meilleure solution pour arriver vite et bien au résultat.

Et pourtant... et pourtant...

Le docteur était habillé en blanc ce soir. En blanc ! Les vêtements allaient forcément se tâcher malgré les précautions qu'on pouvait prendre.
Igor obéit et prit la pioche pour aider le professeur. Rien ne pouvait laisser penser tout la violence du débat intérieur qu'il subissait. Au pire, il aurait pu paraître anormalement nerveux... ou crispé. Allez savoir, il fallait vraiment le vouloir pour essayer de décortiquer les expressions d'Igor.
Après tout, si son maître voulait se salir, il n'avait rien à dire. Faire la lessive ne lui posait aucun problème. Il n'était que son humble serviteur. Que pouvait-il faire ? Ordonner au docteur de lui laisser faire le travail ? Ce serait le monde à l'envers ! Lui suggérer de faire attention ? Ce serait se prendre pour plus important qu'il ne l'est en réalité. Il devait juste obéir et faire de son mieux, c'est tout.
Voilà, c'est tout. Faire vite et bien. Oui, parfaitement. C'est se que tout bon serviteur doit faire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Villageois
avatar




Messages : 85
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 26

Feuille de personnage
Relations avec d'autres joueurs:

MessageSujet: Re: Il faut creuser encore et encore...   Sam 15 Oct - 17:50

Il faut creuser encore et encore ce sera pas très long. Il ne mette leur cadavre a six mètres sous terre tout de même ? Quoi que la dernière fois il avait creusé pour rien, la tombe était vide d’occupant. Il avait apprit par la suite que des petits plaisantins avaient pendus le corps devant la porte de l’église. Mais où va le monde vraiment ! On commence par pendre des morts et bientôt ils bruleraient le château ! Ne parlons pas de malheur ! De toute façon personne ne serait assez fou pour se dresser face aux vampires bien nés. Et au comte. Bon il n’était pas rares que les loups fassent le sale boulot et qu’ils se fassent prendre par la suite, c’était courant, ils finissaient la plupart du temps sur la place publique avec au choix du menu, un bucher, une exécution dans les règles, une pendaison, une décapitation. De quoi faire saliver les badauds. Victor ne supportaient pas ce genre de mauvaises nouvelles, tout comme le reste de la populace de cette ville qui ne comprenaient rien a ses travaux et qui, a chaque fois qu’il mettait le nez dehors, brandissaient flammes et fourches. Bah. Tel était le quotidien d’un esprit brillant, séduisant, magnifique, sensationnel et avant tout modeste.

Il creusait avec entrain, Igor à ses côtés qui se démenait également, brave petit bossu. Victor se souvenait encore très bien de la première fois ou il avait dut aller chercher des cadavres avec lui. Au début il n’était pas prévu au voyage, mais comme il était impossible de le décoller de la brouette le scientifique avait dût se résigner à l’amener avec lui. Faut dire qu’il ne regretta pas son choix. Là où il passait plusieurs heures sur une même tombe, cet étrange personnage achevait le travail en moins de deux, vous n’aviez même pas le temps de boire le thé qu‘il se retournait vers vous, de la terre jusqu‘au front et avec un cercueil tout frais a vos pieds. Et hop une nouveau coup de pelle. Et hop une nouvelle volée de terre. Et hop une belle tache de boue sur sa veste. Décidemment. Victor grogna de mécontentement, enfin c’était a prévoir aussi. On se s’habille pas en blanc pour faire ce genre de boulot ! Mais que voulez vous il voulait aller le plus vite possible, ne pas perdre de temps. Un coup sourd. Une caisse de bois. Pas trop tôt !


-Igor sort cette pauvre femme de là tu veux bien ?

Frankenstein remonta en haut, époussetant les revers de ses manches et le bout de ses chaussures. Un gros rat noir lui passant entre les jambes. Une petite flamme dansa dans les yeux du docteur qui s’empressa de lui courir après. Il eut tout juste le temps de le rattraper avant qu’il ne se faufile dans un trou sous une tombe. La pauvre bête couina avant d’essayer de mordre son ravisseur. Peine perdue, il le tenait par la queue et hors de porté de son visage. Avec la lenteur qui le caractérisait Victor ouvrit l’une des sacoches qui pendaient a sa ceinture et en sortit un long scalpel. Depuis trois jours il n’avait prit le moindre petit plaisir. Il fallait y remédier. De toute urgence. Revenant près de son assistant, il en profita pour lui trancher la gorge d’un magnifique coup de lame parfaitement maitrisé. Il déposa le petit cadavre encore agité de soubresauts sur un morceau de pierre solitaire avant de se pencher vers lui.

-Ouvre le cercueil Igor et regarde si elle peut nous être utile pour nos travaux. Tu vois de quoi je veux parler…Pas de blessure grave, ni de décomposition trop avancée…enfin la routine quoi ! Je suis occupé pour le moment. Préviens moi quand tu auras fini l’examen préliminaire.

Occupé oui. A découper la peau délicate et recouverte de poil de ce mammifère. Le sang dégoulinait par petits jets opaques et fluides. Il remonta le long de l’estomac avant de s’en prendre a la boite crânienne pour en extraire les globes oculaires avec d’infini précaution. De petits cris de joie s’échappaient parfois de ses lèvres. Comme quoi dans la vie il en faut peu pour être heureux.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




Messages : 18
Date d'inscription : 06/10/2011

Feuille de personnage
Relations avec d'autres joueurs:

MessageSujet: Re: Il faut creuser encore et encore...   Lun 17 Oct - 16:54

Au bout de la troisième tache sur la veste anciennement immaculée de son maître, Igor se fit une raison et cessa de grogner pour se concentrer sur son travail.
S'il ne connaissait pas aussi bien le docteur, le bossu aurait pu jurer qu'il le faisait exprès. Ou peut-être était-ce justement parce qu'il le servait depuis longtemps qu'Igor put en venir à de telles conclusions. Mais de toute façon, il ne pouvait plus se permettre de commentaire puisque le bruit sourd tant attendu retenti. Le signe qu'ils avaient touché au but.
Ainsi, l'univers d'Igor put reprendre sa juste place. Le scientifique lui donna l'ordre de poursuivre tandis que le bon docteur Frankenstein remontait à la hauteur du plancher des vaches. Les valeurs domestiques qui l'avaient bercée toute sa vie étaient sauve.


"Avec plaisir, maî... euh docteur." La langue d'Igor avait fourché mais heureusement, il s'était corrigé juste à temps.

L'appellation 'maître' avait aussi posé son lot de dispute pendant un certain temps. C’était un des derniers sacrifices qu'Igor avait pu céder. Pour lui, appeler le docteur Frankenstein autrement que 'maître' était une hérésie. Il s'y était accroché jusqu'au bout. Même maintenant, alors qu'on aurait pu croire l'habitude effacée de son vocabulaire, il lui arrivait encore d'être à deux doigts de le prononcée. Parfois même, il disait le mot de manière entièrement voulue. Ces moments là était sa manière à lui de signifie sa désapprobation.
Ce n'était pas le cas pour l'instant, aussi avait-il pu rectifier le tir juste avant d'avoir prononcé le mot complètement.
Igor ne réagit pas quand son maître courut après un rat. Tout d'abord parce qu'il était concentré sur l'ouverture du cercueil et ensuite parce que la scène était parfaitement normal pour lui.
Les villageois fermaient les cercueils avec un excès de zèle dans la région, principalement parce qu'ils souhaitent que les morts restent où ils sont.
Avec une synchronisation parfaite, Igor vint à bout du couvercle récalcitrant du cercueil exactement au moment où le scientifique égorgea proprement le rat noir.


"Magnifique coup de scalpel, comme toujours, docteur." Complimenta-t-il avec une admiration sincère.

Avoir toujours le bon compliment au bon moment était une des principales qualités du bossu, situé juste en dessous de la loyauté à toute épreuve. Il n'était jamais superflu de rappeler à son maître combien celui-ci était génial.
Igor aurait pu rester à contempler le travail de son maître sur le rongeur qui avait eu le malheur de passer à sa portée mais on lui avait confié une mission qu'il comptait bien mener à terme.
L'assistant du docteur Frankenstein se pencha pour examiner la jeune défunte. C'est l'instant que la morte choisit pour ouvrir ses yeux. Igor arrêta son mouvement dû à la surprise, sa bouche s'entrouvrit tandis qu'il fixait le regard rouge de l'occupante du cercueil. Puis les réflexes prirent le dessus et il flanqua un coup de pelle bien senti à l'ancienne morte et referma d'un geste le couvercle du cercueil.
Evidemment, çà n'allait pas la retenir longtemps. Pas longtemps du tout même.
Toute personne raisonnable penserait ou/et dirait quelque chose du genre : Yaargggeuuuh. Au lieu de cela, Igor songeait :

*Olala... Le docteur ne va pas être content. Pas content du tout.*
Igor recula dans une distance qu'il jugea de sécurité et jugea si la situation méritait qu'il dérange son maître. Il tenait toujours la pelle fermement levée au-dessus de sa tête au cas où un nouveau signe de vie proviendrait du cercueil.
Peut-être était-ce une espèce de réflexe post mortem ? Peut-être avait-il mal vu ? Igor en doutait mais il ne voulait pas déranger le docteur Frankenstein pour rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Villageois
avatar




Messages : 85
Date d'inscription : 12/08/2011
Age : 26

Feuille de personnage
Relations avec d'autres joueurs:

MessageSujet: Re: Il faut creuser encore et encore...   Dim 23 Oct - 12:51

Piouf ! Et hop un coup de scalpel sur la droite. Et zou un coup de scalpel sur la gauche. Et un autre en plein milieu du bide, et encore un, et puis ensuite, plus de queue, de d’oreille, plus de mâchoire, plus d’yeux, plus de peau, plus de ventre, plus d’intestin, plus de foie. Plus de cœur. Le docteur était en train de l’écraser consciencieusement entre ses doigts, s’amusant de la douce sensation de ce petit organe rougeâtre encore tout poisseux de sang chaud. Il émettait de ci de là des petits gloussements de plaisir, on aurait dit un enfant découvrant ses cadeaux de noël. Un noël remplit de bocaux et d’organes fraichement prélevés. Bonheur presque organique, paradisiaque. Son sourire crocodilien s’était élargit a telle point qu’il lui fendait le visage en deux. Un craquement sourd derrière lui, Igor devait être en train de se pencher au dessus de ce si joli cadavre. Clap. Plus d’intestin grêle. Dernier repas…beurk…positivement dégoutant…Le propriétaire de cet ongle devait s’en mordre les doigts…Ha ha…trop drôle. Un vrai petit clown. Igor tardait a faire son compte rendu. Avait il oublié toutes les notions que le docteur lui avait patiemment enseigné au cours de ces longues années de solitude dans les grandes nuits des hivers de Finlande. Il tourna son drôle de regard vers son assistant.

-Hé bien Igor ? Je peux savoir ce que tu fabriques avec ta pelle en l’air ? Tu cherche à t’électrocuter ?

Le cercueil était bien en évidence. Fermé. Il délaissa les restes de sa victime et poussa son petit bossu sur le côté. Il fallait tout faire soi même ici. Avec un grognement de mécontentement il l’ouvrit d’un coup sec. Joli petit corps sans vie. Quoi que. Il referma bien vite. Le tout accompagné d’un BONG sourd. Oups. Il comprenait mieux a présent pourquoi Igor resté aussi éloigné. Ce n’est pas tous les jours qu’il voyait ça.

-Pardon ma lady, mais vous allez rester la dedans.

Okay. Les journaux devraient tous cramer. Que l’on coupe la tête a ces maudits gratte papier, même pas fichu de faire de bons articles précis. Non mais quelle idée aussi de se faire une petite cure de boue. Avec un saut parfaitement maitrisé et absolument pas dût a sa trouille monstre il atterrit sur le joli bois laqué noir, histoire d‘empêcher ce qui se trouvait a l‘intérieur de sortir un peu trop vite, il lui fallait du temps pour réfléchir. De toute évidence il se trouvait devant un cas peu commun. Et il n’aimait pas ça du tout. Le sourire qui lui déformait le visage restait toujours figé à ses lèvres, mais ses yeux avaient perdus leurs petites étincelles, ils étaient devenu vides comme un puits sans fond, froid comme une tempête de neige. Ce n’était plus le bon docteur qui gloussait un peu et qui s’amusait beaucoup. Le masque de la galanterie pouvait bien s’effacer et celui de la bonne humeur avec. Il redevenait Frankenstein. Ce type tellement égocentrique, si fier de son savoir et de sa science. Or la science venait de rencontrer un obstacle de taille, on en pouvait admettre qu’une femme enfoui depuis une semaine ne soit pas morte. C’était impensable, une monstrueuse abomination. Et les erreurs comme celle là, Victor ne pouvait y faire qu’une seule chose, les effacer purement et simplement de la surface de la terre. Poussant un soupir de découragement il enfoui sa tête dans ses mains et hurla un bon coup.

-J’en ai assez ! Je vais lui éclater la boite crânienne à cet empafée de gonzesse qui me pourrie l’existence ! Saleté de cloporte a demi mort vivant ! C’est bien la peine de se casser la tête pour creuser sa foutue tombe ! Bon aller j’ai pas de temps a perdre. Igor ! On va s’amuser un peu ce soir, et pour une fois tu vas être autorisé a participer.

Il sauta au pied d’Igor, attrapa sa pelle personnelle, et lança un regard entendu a son complice rabougri. Si cette bonne grosse femme croyait pouvoir l’empêcher de profiter d’un corps aussi bien conservé elle se mettait le doigt dans son œil purulent. A la moindre tentative de sa part pour sortir de son cocon il n’hésiterais pas a lui défoncer le crane de la façon la plus gentlemen qui soit. Lui qui était en manque d’hémoglobine le voila servit. Il n’était guère spécialisé dans le domaine de la baston, de quelque nature que ce soit, aussi il laissa le bossu prendre les devants. Il faudrait aussi penser à amener la blouse à laver. Pourquoi était il sortit de son cher laboratoire ? Il n’aurait pas put se contenter des restes ou bien encore des bouts que ces loups garous rapportaient parfois des leurs chasse, mais non voyons ! Il lui fallait des cadavres bien frais. Et pour le coup il était plus que frais celui là. Malgré ce petit côté effrayant, l’adrénaline qui lui parcourait les veines était agréable. La dernière fois qui l’avait ressentit cela il se trouvait encore en Angleterre, les mains attachées dans le dos et faisant face a une foule en colère. Ha, son procès, un grand moment, ou les cafards lui avaient bien servis. Par cafards entendez pauvres mortels égarés dans les méandres abyssales de leurs propres bêtises. Mais l’heure n’était pas aux bons souvenirs.

-Igor, je te donnerais tous le bocal de biscuit si on s’en sort vivant ET avec le cadavre pas trop amoché. Ce serait dommage de perdre un aussi beau spécimen.

Mais si elle finissait le crane réduit en charpie et les tripes a l’air, il n’en tiendrait pas rigueur non plus. Voir le sang giclait un peu partout n’était pas sans lui déplaire. Du moment que ce n’était pas le sien.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il faut creuser encore et encore...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il faut creuser encore et encore...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Il ne faut pas boire de sang.
» Il faut vivre.
» La curiosité est un vilain défaut ! [Livre 1 - Terminé]
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Transylvania's Monsters :: Aux alentours :: Le Cimetière-
Navigation Rapide
Partenaires ♥
Some Avatars

Bloody Heart

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit